archive

Archives de Tag: emmaüs

Lise Benincà

Des objets de rencontre. Une saison chez Emmaüs

Préface de Charles-Édouard Vincent

product_9782072532139_195x320
Parution : 21-08-2014

Lise Benincà a passé plusieurs mois au sein d’Emmaüs Défi, rue Riquet à Paris. Elle a eu l’envie de donner voix à ces objets patinés, dépareillés, parfois ébréchés mais toujours singuliers, qui sont passés de main en main avant d’arriver chez Emmaüs, cette association, créée par l’abbé Pierre, qui les revend à des prix modiques.
Puis la présence des hommes et des femmes, salariés en réinsertion professionnelle chez Emmaüs, aux parcours chaotiques, eux-mêmes en transit, eux-mêmes patinés par la vie, s’est imposée entre les lignes qu’elle écrivait autour des objets – fragiles échos d’existences passées et inconnues. Alors elle s’est mise à parler d’eux, aussi. De leurs trajectoires, de leurs espoirs, de leur détresse et de leur volonté. Ils sont ainsi devenus les personnages émouvants d’un récit qui retrace, à travers le prisme des choses, l’ambiance et la dynamique émanant de ce lieu étonnant, le métier de ceux que l’on appelle les «travailleurs sociaux», ainsi que la multitude des situations qui peuvent conduire à la rue.
C’est au pouvoir des mots et de la mémoire que l’auteur réfléchit, citant Perec et Giono, et plus généralement à celui des livres, «prêts à tout pour aider le monde à tenir debout».

 

Pourquoi parler de ce livre?

Tout créateur rêverait qu’un écrivain se penche sur son travail.

Pour parler de l’histoire de la matière et de sa transformation, de celui qui produit, des outils… Un objet est plein d’humanité.

Pour sortir un peu de la mode et des brèves shopping ou tendances des magazines de déco ou autres féminins.

Mais ce livre est aussi l’objet d’un fantasme. Dans 30, 50 ou 100 ans, notre carafe, notre meuble se retrouvera t-il apprécié et acheté par d’autres générations, dans une brocante, chez Emmaüs ou aux puces ?

nature morte Emmaus

Publicités

frigo int

Lise Benincà en résidence d’écrivain chez Emmaüs – bric-à-brac de Riquet – Paris 19e

Aventure littéraire et humaine à suivre sur son blog : http://lisebeninca.wordpress.com/

« Patinés, dépareillés, parfois ébréchés mais toujours singuliers, les objets mis en vente chez Emmaüs sont passés de mains en mains. Bien loin des produits en série des magasins classiques, ils sont uniques, ils sont rares. Ils ont une vie à raconter.

Le temps d’une résidence, assise à un bureau que je quitte lorsqu’un client souhaite l’acheter, je prends pour sujet d’écriture ces objets, leur parcours et leur symbolique. « Des choses à dire » retrace une part de cette expérience, l’ambiance, la dynamique, la richesse émanant de ce lieu et des personnes qui lui donnent vie.

Chaque samedi, dans un écrin temporaire qui les conserve le temps d’une histoire, je mets en scène ces objets accompagnés d’un texte, au Bric-à-brac Emmaüs, 40 rue Riquet, 75019 Paris. Ouvert le samedi de 10h à 18h ».

Lorsque Lise m’a demandé comment mettre en valeur sa sélection et son travail, j’ai choisi un objet à forte portée symbolique, un frigo qui n’était plus en état de fonctionnement. Transformé en écrin, il devient presque une vitrine, un coffre fort trônant à l’entrée d’Emmaüs. Par nature un objet de conservation, qui, magnifié par un objet unique et un texte, devient le médiateur de la conversation.

Lise Benincà est l’auteur de deux romans : Les Oiseaux de paradis (Editions Joëlle Losfeld, 2011) et Balayer, fermer, partir (Editions du Seuil, 2008).
Elle a collaboré plusieurs années au Matricule des Anges, mensuel de littérature contemporaine, en tant que chroniqueuse.

 

frigo1